Alors que j’entre dans cette supérette, je suis loin d’imaginer ce qui va se passer quelques minutes plus tard.

J’ai pour habitude d’y acheter mon pain chaque midi, et le rayon boulangerie étant situé à l’entrée, je prends machinalement mon pain puis file en caisse.

Au moment de payer, le détecteur de méchants voleurs se met à sonner. Au début, je ne réagis pas. Mais chaque fois que je bouge, ça sonne de nouveau. C’est au bout de la troisième sonnerie que je m’aperçois qu’il s’agit de moi !

La caissière, que je croise tous les jours puisque l’étude dans laquelle je travaille est juste à côté de la supérette, me demande si j’ai pris quelque chose.

Etonnée, je lui réponds « évidemment que non ! »

Elle semble douter, alors je lui propose de regarder par elle-même dans mon sac à main. Elle le prend et me demande de passer seule devant le détecteur : rien. Elle me demande de passer le sac tout seul : ça sonne.

Et elle commence à sortir le contenu de mon sac à main. Chaque fois qu’elle enlève quelque chose, elle me fait passer de nouveau le sac devant le détecteur et ce c**-là ne cesse de sonner.

Deux clients tapent du pied car ils attendent leur tour.

Je commence à rougir quand la dame commence à déballer ma petite pochette intime : serviettes hygiéniques, lingettes intimes, Spasfon, Smecta et Doliprane ornent désormais le tapis de la caisse.

Je déteste cette impression d’être déshabillée, d’être mise à nu, et je sens le regard des autres clients agacés.

Quand soudain, le scanner infrarouge se met à biper mon paquet de chewing-gum à la fraise ! Voilà le coupable : un simple paquet de chewing-gum provenant d’un lot de 5 autres paquets, dont le code barre n’était pas désactivé.

J’aurais aimé avoir des excuses pour ce grand déballage, mais il n’en a rien été.

 

Quant à moi, je me suis empressé de tout fourrer dans mon sac, et je me suis sauvée… comme une voleuse !