Ce week-end Pascal a marqué la fin de plus de quinze jours durant lesquels j’ai été malade.

Découverte d’une mononucléose infectieuse révélée par l’apparition d’une angine bactérienne. (et quelle angine…)

Puis, après deux traitements antibiotiques, les toilettes ont été mes meilleures amies. Joyeux.

Ce que je retiens de cette période c’est :

1/ Ma patronne qui m’a assurée que c’était à cause de l’allaitement que j’avais eu toutes ces maladies,

2/ La pharmacienne (pas la même que la dernière fois) qui a tenté de me faire entendre « raison » : «  vous avez des enfants rapprochés, une mononucléose, une angine et donc une grosse fatigue, ce n’est pas compatible avec l’allaitement ; si vous n’arrêtez pas rapidement, vous ne vous ne serez pas sur pieds de si tôt »

Quant aux « autres » qui ont pris de mes nouvelles, ils m’ont souvent demandé « et sinon t’as arrêté l’allaitement quand même ? »

Alors à tous ces gens, j’ai envie de leur dire : Oui j’allaite, Non je n’ai pas envie d’arrêter même malade, et JE VOUS EN DIS BIEN DES CHOSES !!!

Norzem en pétard, mais aussi en mode lâchez-moi-avec-mon-allaitement-merci-aurevoir.